FAQ

Comment le financement participatif fonctionne-t-il ?

L’inscription se fait sur notre site web, où vous devez remplir un formulaire et choisir le montant que vous souhaitez donner par 1’000 km. Dès notre départ, nous vous tiendrons au courant de notre avancée sur le site et nous vous enverrons des petites nouvelles par e-mail ainsi que le décompte des kilomètres parcourus. Le financement se fait donc par plusieurs petits versements bancaires effectués au fur et à mesure de notre avancée ! Cela vous permet de suivre notre aventure et de répartir la somme totale sur plusieurs mois.

Une question est souvent revenue: plusieurs personnes ont demandé si elles pouvaient faire un versement unique car elles trouvaient cela plus pratique. C’est bien sûr possible, nous n’allons jamais être outrés si quelqu’un décide d’offrir un certain montant en un seul versement. Le plus important est juste de vous inscrire pour que nous ayons nos informations dans notre base de donnée afin de vous envoyer des nouvelles durant notre aventure !

P.S. Nous savons bien que cela aurait été plus simple de pouvoir payer via une carte, mais nous aurions dû pour cela créer un compte paypal ou autre, ce genre de système prenant, évidemment, une commission sur chaque transaction. Un virement bancaire prend peut-être plus de temps, mais au moins la totalité de l’argent finit là où l’on veut qu’elle finisse et rien n’est pris au passage par une entreprise lambda.


Mais… n’y a-t-il pas de l’eau entre Lausanne et Sydney ?

En effet. Cependant, il est possible d’aller jusqu’à Singapour par voie terrestre. De là, quelques petits ferries ou bateaux de pêcheurs nous permettront de traverser l’Indonésie jusqu’au Timor Oriental. Ensuite, un ultime bateau naviguant sur la mer de Timor nous mènera à bon port.


Ce n’est pas un peu contradictoire d’avoir un projet environnemental en voyageant à moto?

Ah. La grande question. Nous avons conscience que ce voyage émettra une certaine quantité de gaz à effet de serre mais le fait est que nous allons de toute façon faire ce voyage, donc pourquoi ne pas en faire un beau projet et tenter de proposer une voie différente?

En premier lieu et à titre comparatif, un vol Genève-Sydney pour deux personnes émet autant qu’un trajet de 30’000 kilomètres à moto : soit environ 7 tonnes de CO2, selon le calculateur d’émissions de gaz à effet de serre MyClimate¹. À la différence d’un court voyage en avion, ces émissions seront notre seul impact en matière de transport durant l’année.

Ce n’est pas seulement le transport qui est en question mais aussi la consommation à plus large échelle. Et, selon nous, la solution ne réside pas nécessairement dans la restriction: qui se priverait totalement et définitivement de ses acquis et de ses envies (voyage, alimentation, consommation) quand bien même cela émet une certaine quantité de gaz à effet de serre? Tout est une question de responsabilité, de prise de conscience et d’équilibre. Et bien que nous paierons une taxe compensatrice de nos émissions de CO2, nous sommes conscients que la compensation n’est pas une solution à long terme. Nous n’avons cependant pas la réponse miracle, mais nous nous sentons concernés, nous y réfléchissons sérieusement et passerons cette aventure à y réfléchir. Et si tout cela peut ouvrir le débat, faire prendre conscience et participer à la recherche de solutions, notre projet aura dans ce cas dépassé nos attentes.


Comment allez-vous faire pour vous supporter pendant si longtemps?

Très simple: ce n’est pas pour rien que l’on porte des casques. Protection physique et protection sonore. C’est la clef.


Et si vous faites plus des 30’000 kilomètres estimés?

Il est effectivement possible que nous dépassions le nombre de kilomètres prévus : il est difficile d’estimer la distance d’un si grand voyage. Sachez cependant que rien ne vous oblige à participer si vous n’en avez plus les moyens ou l’envie. Nous tenons vraiment à ce que vous soyez heureux de prendre part à ce projet et n’allons jamais contrôler qui a donné quoi et quand. Si vous estimez que le montant devient trop conséquent et que vous préféreriez arrêter les versements, nous ne serons en aucun cas déçus, énervés ou contrariés mais simplement reconnaissants de votre participation ! Sentez-vous libres !


¹ https://co2.myclimate.org/fr/offset_further_emissions.
Si vous aussi vous vous retrouvez dans les dires de Churchill « je ne fais confiance qu’aux statistiques que je manipule moi-même », sachez que nous sommes conscients du fait que c’est un outil à prendre avec des pincettes et que nous nous efforçons d’être le plus objectif possible.